JH_130705_Modrikamen_11Dès le début des années 2000, Mischaël Modrikamen prend officiellement position pour nos démocraties menacées par l’islamisme. Il a notamment publié des opinions remarquées à ce sujet.

Indignés par l’absence d’ambition de la classe politique belge, Mischaël Modrikamen annonce en juin 2009 qu’il compte lancer son propre mouvement politique, populaire et de droite. En novembre 2009, il fonde officiellement le Parti Populaire (PP), avec pour ambition de ramener la sécurité, maîtriser l’immigration, réduire les dépenses publiques et redonner priorité au travail sur l’assistanat.

Le Parti Populaire prend part aux élections anticipées de juin 2010. Sans accès aux médias et notamment aux débats télévisés et sans financement substantiel, le Parti Populaire recueille d’entrée de jeu 100.000 voix, soit 4% des voix à Bruxelles et en Wallonie et un premier élu. Mischaël Modrikamen est alors reçu en audience par le Roi afin d’analyser la situation politique.

Bien qu’attaqué de toutes parts par l’establishment politico-médiatique et ayant dû essuyé les plâtres inhérents à toute nouvelle formation, Mischaël Modrikamen reste déterminé à mener le combat qui l’anime.

En 2010, il reprend le titre “Le Peuple” dont il est éditeur en vue d’en faire le premier quotidien purement digital de Belgique avec supplément papier. En décembre 2010, il sort un premier numéro, 125 ans après la création initiale de ce journal Télécharger (.PDF). D’anciens journalistes de ce quotidien lui en contestent le droit pour des raisons idéologiques mais seront sèchement déboutés par une décision rendue par l’OBPI fin 2011 et ensuite par la Cour d’appel en 2012.

Le Peuple est finalement relancé en mars 2013. C’est le premier quotidien purement digital du Royaume. Fin 2014, ce sont près de 4000.000 de pages qui ont déjà été consultées sur le site du Peuple.

Sir Winston Churchill, un modèle

Sir Winston Churchill, un modèle

En 2014, le PP réalise un score de 150.000 voix aux élections européennes, soit 6 % des voix et obtient deux députés, un à la Chambre et un au Parlement régional wallon.  

Le naufrage  des partis traditionnels et de leurs politiques le conforte dans l’idée que les temps seront bientôt murs pour des hommes neufs en politique, animés par une volonté de rupture avec l’idéologie suicidaire qui a dominé jusqu’à aujourd’hui. Les peuples d’Europe attendent en effet une autre politique.

LES RACINES | L’AVOCAT